La monnaie berbère à l'effigie du roi Massinissa à Bougie - Par l'historien Saïd Yahia-Cherif

La monnaie berbère à l’effigie du roi Massinissa à Bougie – Par l’historien Saïd Yahia-Cherif

MA PASSION POUR L’HISTOIRE 

En 1960 j’étais scolarisé à l’école Émile Salle de Bejaia appelée alors Bougie, située dans la plaine face à la gendarmerie mitoyenne de la prison. Et cette année là arrivait le pipe line Oud el Hamra, un oléoduc qui allait ramener le pétrole depuis Hassi Messaoud jusqu’au port de Bejaia qui devient le premier port pétrolier. 

L’énorme tuyau passait devant notre école, aussi on creusa une tranchée profonde… et là, on découvrit des tombes avec des vases emplis de monnaies anciennes que l’on prit à pleines mains. 

On montra ces piécettes à notre instituteur Marcel Fagnoni qui nous expliqua que c’étaient de la monnaie berbère à l’effigie du roi Massinissa. Étonnant ! On ignorait jusque là qui étaient les Berbères, nos aïeux inconnus que l’enseignement colonial avait occulté. 

On nous avait jusque là appris que nos ancêtres étaient les Gaulois qui habitaient des huttes en bois, on se désolait pour notre Vercingetorix qui s’était rendu à Jules César à Alesia puis on nous a fait pleuré sur le sort de Jeanne d’Arc que les méchants anglais avaient brûlé vive à Rouen.  

Nous savions confusément que ce ‘était pas notre histoire et que les Gaulois n’ étaient pas nos ancêtres et là avec ces pièces de monnaie à l’effigie d’un roi de chez nous… On était si fiers et délivrés d’un mensonge. 

Ma passion pour l’histoire de mon vrai peuple vient de là, une reconnaissance identitaire, une réhabilitation du récit historique avec ses repères. 

Aujourd’hui encore c’est le même combat car on a remplacé Vercingetorix par Oqba bnou Nafaa au prétexte qu’il serait musulman comme nous et de ce fait reniant Akssel Koceila et avant lui Augustin et Jugurtha.L’histoire demeure mon combat. 

Said Yahia Chérif. SYCFacebook

Ne manquez pas sa conférence du 10 septembre:

Bougie par Said Yahia-Chérif, 10 septembre, Montréal - CONFÉRENCE

Saïd Yahia-Cherif agrégé en histoire comparée, Professeur intervenant à l’université Paris I, Sorbonne. Hauteur d’essais et de chroniques. Il est écrivain, journaliste et conférencier. Né à Bougie, il s’est spécialisé dans l’histoire de sa ville millénaire et l’ensemble de l’Afrique du nord dénommée Tamazgha.

Said Yahia Cherif: «A MES AMIS DE MONTRÉAL

Lien de la conférence: ICI

J’aurais plaisir à nous rencontrer ce samedi 10 septembre à Montréal pour évoquer l’histoire de la capitale Hammadite et de sa région de Kabylie Soummam. De Saldae à Bgayet, c’est Bejaia Bougie que nous allons revisiter avec nostalgie. Je vous espère nombreux pour cette communion de la mémoire organisée par l’association Essaddekia-Quebec. Merci de partager cette belle affiche et ce communiqué au maximum.

A bientôt !Saïd Yahia Cherif. SYC»